Vision

Des changements importants sont aujourd’hui à l’oeuvre pour l’école.  Sa nécessaire évolution pour s’améliorer et s’adapter aux besoins des jeunes et de la société fait consensus et prend corps au collège par la nouvelle réforme.

Les pédagogies nouvelles en plaçant l’élève au centre des apprentissages ont rompu avec un modèle pyramidal où seul le maître détenait le savoir et mis le focus sur l’apprentissage comme processus d’élaboration personnel.

Mais les attentes de la société en termes de formation et de représentation du travail ont changé. L’école est censée former un jeune adulte capable de travailler en équipe ou en réseau, de s’adapter à la complexité des situations, de se reconvertir plusieurs fois au cours de sa carrière, de travailler en cohérence avec ses valeurs, de se former tout au long de la vie. De plus, l’élève du XXIe siècle est un «digital native», branché en permanence ou presque sur des réseaux d’échange, de communication, de création, il se détend en réseau, travaille en réseau, apprend en réseau. L’élève seul n’occupe plus le centre. A l’école, il est inclus dans un groupe, et que c’est à ce groupe-classe de réaliser le travail de construction et d’apprentissage.

Il s’agit de créer une synergie, processus de croissance et de développement de la personne et du groupe, vecteur d’apprentissage et d’éducation, permettant l’émergence de ce qu’on peut appeler aujourd’hui l’intelligence collective, dynamique de travail et produit le plus abouti de la collaboration.

Les enjeux sont aujourd’hui de former des hommes et des femmes actifs et acteurs, ouverts aux autres et à la complexité du monde, porteurs de valeurs. L’évolution de l’école et de la société nous amène à porter un autre regard sur la mission de l’enseignant dans la classe non plus seulement détenteur d’un savoir à transmettre, facilitateur de l’accès de l’élève au savoir, mais aussi en charge d’un groupe à mettre en synergie pour lui permettre de grandir et de se dépasser.

Pour cela, il est porteur de sens et de projet, et encourage les échanges. Notre visée est d’apporter des outils pour penser cette posture de l’enseignant et la mise en oeuvre d’une pédagogie de l’intelligence collective.

Par Sylvie Fornero
Vision

 

AUPTIC.education

L’AUPTIC.education est une nouvelle association qui a pour but général de répondre aux besoins des personnes et des institutions concernées par l’utilisation pédagogique des TIC en éducation et en formation, en favorisant leur mise en réseau, leur communication et leur formation. L’Association envisage l’utilisation pédagogique des TIC de manière très large, notamment dans les champs de l’éducation, de la formation à tout niveau (obligatoire, professionnelle, initiale, continue, académique…) et de l’intervention sociale, pour garantir la variété des points de vue et l’enrichissement mutuel. Elle aborde tous les aspects de l’utilisation pédagogique des TIC : ses enjeux pédagogiques, didactiques, psychologiques, sociaux et éthiques, ses capacités d’innovations dans l’enseignement, ses effets et utilisations pédagogiques en classe. Ces aspects restent dans tous les cas prioritaires par rapport aux aspects techniques.

Quand on pense classes inversées, on pense principalement à « la mise à distance des contenus. Le savoir qui « traditionnellement » était transmis dans l’amphi ex-cathedra par un professeur… (une habitude qui nous vient des temps où le livre était rare) est maintenant directement accessible par l’étudiant quand et où il veut. C’est à lui que revient l’appropriation, la construction des savoirs. »

Or l’esprit véritable des classes inversée, « c’est davantage le rôle d’enseignant, de formateur qui est pris en charge par un étudiant ou un groupe d’étudiants, chargé de construire le dispositif dans lequel leurs collègues vont continuer à apprendre. ». On parlera alors d’auto-socio constructivisme : le groupe classe qui se responsabilise dans l’acte d’apprendre et ensemble, les élèves construisent leurs savoirs. Le prétexte d’introduire l’usage pédagogique de nouvelles technologies de l’information et de la communication en dehors ou au sein la classe, devient alors un levier d’action pour induire un changement plus profond de posture et de pratique chez l’enseignant ou le formateur.

L’AUPTIC, Association pour l’Utilisation Pédagogique des Technologies de l’Information et de la Communication en éducation, est née le 4 novembre 2016 à Renens. Rejoignez-nous et créons ensemble le mouvement EN2 (Education Nouvelle Numérique) pour contribuer à la promotion d’une pédagogie humanisante qui, par le biais des TICE, favorise le développement de l’autonomie et le sens des responsabilités chez les élèves, tout en stimulant leur réflexion, leur réflexivité et leurs capacités créatrices.

Le premier colloque de l’AUPTIC.education aura lieu les 23 et 24 novembres 2017 à la HEG-Genève.

Christian Blanvilllain (GREN et AUPTIC)
Christophe Gremion, président de l’AUPTIC

Technologies Numériques et Éducation Nouvelle

« La révolution numérique est sans doute une incitation à faire plus que d’injecter de nouveaux matériels numériques dans une école à la forme inchangée, ou même de n’aborder que la question de la transformation des espaces. C’est un appel à formuler d’abord un nouveau modèle politique d’éducation qui permette à tous les citoyens en devenir d’habiter en pleine responsabilité et en pleine pensée critique la société de l’information dans laquelle ils vivent. Et ce modèle orientera l’évolution des métiers, des contenus, des temps et des lieux de l’éducation. »

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-veran/blog/110117/cultures-numeriques-l-ecole-par-dela-l-incertitude-quelle-question