APFTER (aka after pro)

Comment devenir un étudiant autonome ?

  • Fixez vos propres objectifs d’apprentissage (Anticiper – Planifier) au début de chaque cours et essayez de vous y tenir.
  • Faites ce que vous vous êtes dis que vous alliez faire, en vérifiant que le faite bien (Faire – Tester ).
  • Quand c’est fini, regardez si vous êtes content du résultat, de votre concentration en classe, de la quantité de choses apprises et le cas échéant réfléchissiez à ce que vous pourriez changer pour améliorer ça la semaine suivante (Evaluer – Réguler).

1. Anticipez

Projetez-vous dans le futur

Anticiper l’action à venir. Qu’est-ce que vous pensez que vous allez pouvoir faire aujourd’hui, ces trois prochaines heures, puis dans les semaines qui suivent. Essayez de réfléchir, avant de le faire, à ce que vous allez faire, tout en prenant conscience de pourquoi vous le faite maintenant et à quoi ça va vous servir par la suite. Ensuite, face aux éventuels problèmes que vous anticipez aujourd’hui, pensez à une solution que vous imaginez qui pourrait fonctionner. Cette aptitude à se projeter dans le futur est une caractéristique commune essentielle à tout professionnel.

2. Planifiez

Planifier l’ordonnancement des actions à venir et leur durées.

L’aboutissement ultime de ce savoir faire, se traduit par la capacité de faire un planning et un devis à un client pour lui dire combien sera facturé le travail que vous allez réaliser et quand est-ce qu’il sera prêt. Ce savoir faire se transformera en compétence le jour ou plus personne n’aura besoin de vous dire de le faire pour que vous sachiez quand est-ce qu’il est nécessaire de le faire. Concrètement, cela signifie pour vous : créez des cartes EduScrum dans le kaban de Trelloet assignez une durée pour chaque tache imaginée.

3. Faite

Faites l’action prévue.

Durant la demi journée, à votre rythme, réaliser le travail imaginé. Plus tard, à la maison, continuez et terminez ce travail. La semaine prochaine, en classe, parlez avec vos collègues des découvertes faites, des difficultés rencontrées, des problèmes non encore résolus. Lorsque vous êtes vraiment coincé, venez me voir pour que je vous aide en vous montrant comment moi je fais pour trouver la solution à votre problème. En informatique, tout problème peut-être considéré comme unique car, d’une fois à l’autre, d’un projet à l’autre, les technologies évoluent tellement qu’il est rare de rencontrer deux fois le même problème dans sa carrière d’informaticien. Le plus important n’est donc pas de savoir ce qu’il faut faire, mais bel et bien de savoir comment trouver et apprendre ce qu’il faut savoir faire.

4. Testez

Contrôlez si ce qui a été fait est correct.

Vous pensez avoir fini une tache ? Définissez et mettez en place un moyen pour contrôler si ce qui a été fait convient et remplis bien sa tâche. C’est une tâche très importante en soi, qui n’a pas toujours besoin d’être formalisée, mais qui doit être faite, même implicitement. Par exemple : je viens de changer quelque chose. Avant de changer autre chose, je vérifie si le changement que j’ai fais est bien efficace et n’a rien modifié d’autre que ce qui était prévu. Pour cela, en programmation, j’utilise des tests automatiques. En création de site web, je regarde si les changements apportés sur le site correspondent bien à ce qui était attendu.

5. Évaluez


Évaluez votre travail, votre performance.

Tout fonctionne ? Parfait ! Est-ce que je pourrais faire mieux ? Est-ce qu’il ne serait pas possible d’organiser mon code d’une meilleure manière ? Le refactoring ou remaniement du code, de manière à améliorer la lisibilité du code, à l’optimiser ou à le rendre plus générique. C’est à dire que je cherche à faire en sorte que ce qui marche soit, en plus, simple et beau. C’est dans une recherche permanente d’amélioration et de qualité que le professionnel se distinguera de l’amateur. Evaluer son travail, c’est comme lui mettre une note. Ok, ça marche, on a un 4 sur 6, mais ne pourrait-on pas faire mieux ? Attention cependant à ne pas faire de la sur-qualité. Le perfectionnisme a comme limite la facture finale qui sera faite au client (ie : le temps mis). Un principe doit toujours être gardé en tête : c’est de ne pas compliquer les choses inutilement (KISS : Keep it Simple, Stupid).

6. Régulez

Le cas échéant, régulez son action.

C’est à dire que si vous estimez que ce que vous avez fait, ou la manière dont vous l’avez faite, n’est pas satisfaisante, ou bien était fausse car c’était une mauvaise idée, ou bien maintenant que c’est fait vous voyez que c’est toujours insuffisant et qu’il reste des choses à faire, ou qu’il faut reprendre des choses qui ont été faites au par avant, alors ce n’est pas grave, apprenez de vos erreurs d’anticipation et de planification, et recommencez tout le processus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.