Pédagogie Active

« Soyons francs : si on laissait aux pédagogues le soin exclusif d’initier les enfants à la manœuvre de la bicyclette, nous n’aurions pas beaucoup de cyclistes. Il faudrait, en effet, avant d’enfourcher le vélo, le connaître, n’est-ce pas, c’est élémentaire, détailler les pièces qui le composent et avoir fait avec succès de nombreux exercices sur les principes mécaniques de la transmission et de l’équilibre. Après, mais après seulement, l’enfant serait autorisé à monter en vélo. Oh ! soyez tranquille ! On ne le lancerait pas inconsidérément sur une route difficile où il risquerait de blesser les passants. Les pédagogues auraient mis au point de bonnes bicyclettes d’étude, montées sur cales, tournant à vide et sur lesquelles l’enfant apprendrait sans risque à se tenir en selle et à pédaler. Ce n’est, bien sûr, que lorsque l’élève saurait monter à bicyclette qu’on le laisserait s’aventurer librement sur sa mécanique. Heureusement, les enfants déjouent d’avance les projets trop prudents et trop méthodiques des pédagogues. »

Célestin FREINET
Les Dits de Mathieu (1978) – Delachaux et Niestlé

 

 

« La classe n’est pas un lieu ou le maître travaille, ou le maître s’exhibe, fait cours, c’est un lieu ou l’élève doit travailler. Mettons les élèves au travail. Le maître lui-même n’est qu’une sorte d’assistant du travail des élèves. C’est lui qui propose les méthodes. Il leur donne des choses à faire et fait de ces tâches la priorité. »

Célestin FREINET

 

 

« Il faut mobiliser l’enfant sur des enjeux intellectuels difficiles parceque ça les intéresse. »

« Il faut faire réussir les élèves pour les motiver. »

Philippe MEIRIEU
à propos de Freinet

 

« Tâchons de donner aux enfants l’amour du travail. »

Célestin FREINET

 

« C’est l’enfant lui-même qui doit s’éduquer, s’élever avec le concours des adultes. Nous déplaçons l’axe éducatif : le centre de l’école n’est plus le maître, mais l’enfant. Nous n’avons pas à rechercher les commodités du maîtres, ni ses préférences. La vie de l’enfant, ses besoins, ses possibilités sont à la base de notre méthode d’éducation populaire. »

Célestin FREINET

 

« Aide-moi à faire tout seul. »

Maria MONTESSORI

« Au lieu d’attendre une improbable révolution, il faut que la révolution entre dans la classe des enfants pauvres pour transformer la société à venir. C’est la pédagogie pour la transformation de l’humanité. Selon Freinet, l’école n’est pas faite pour adapter l’enfant à la société, mais pour lui donner l’esprit critique et le sens des responsabilités nécessaires à sa vie d’adulte autonome, inséré dans la vie démocratique mais aussi dans ses débats. »

Célestin FREINET

 

« On ne peut pas couper l’enfant en tranches. Si l’on scie un arbre en rondelles et que l’on empile les rondelles, on n’aura plus jamais un arbre, on aura du bois. Ce qui importe c’est l’expérience, c’est de réaliser quelque chose. »

Michel BARRET
Instituteur du mouvement freinet

 

Sources :

Collection : L’éducation en questions. Quatre documentaires de Philippe Meirieu produit pour l’émission “Les écrans du savoir” consacrée aux pédagogues praticiens J. Korczak, M. Montessori, C. Freinet, F. Oury., avec leur livret (disponibles à la bibliothèque de l’IFFP).

 

Emission de France Culture sur “L’école moderne de Célestin Freinet” :

 

“L’école buissonnière” (1949) avec Bernard Blier dans le rôle de Célestin Freinet :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.